Rapport de la réunion de dialogue des quartiers Beggen, Dommeldange, Eich et Weimerskirch

La troisième réunion de dialogue des quartiers Beggen, Dommeldange, Eich et Weimerskirch a eu lieu le 1er avril 2014 dans le Centre culturel de Beggen. Plus de 90 personnes ont participé à la troisième des 10 réunions de dialogue qui ont lieu dans le cadre de la révision du PAG de la Ville de Luxembourg. Le grand nombre de participants à cette réunion montre l’intérêt particulier des résidents et visiteurs qui souhaitent s’investir dans la conception du futur développement de leur quartier respectif.

Après un mot de bienvenue de Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Chantal Zeyen du bureau d’études Zeyen+Baumann a brièvement présenté les caractéristiques démographiques de la ville et des quartiers respectifs ainsi que les résultats de l’enquête en ligne des répondants des quartiers Beggen, Dommeldange, Eich & Weimerskirch.

Par la suite, les personnes présentes ont été invitées à former 6 groupes de discussion, accompagnés par des urbanistes participant à l’élaboration du nouveau PAG de la Ville de Luxembourg. Les membres de ces groupes ont été invités à discuter ouvertement et pendant une heure, sur les sujets suivants :

  • Points forts et faibles de leur quartier respectif,
  • Priorités de développement pour leur quartier respectif,
  • Idées et mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie dans leur quartier.

A la fin de la réunion de dialogue, Lydie Polfer a remercié cordialement toutes les personnes présentes d’avoir contribué à cette expérience particulièrement positive. De plus, elle tient à assurer que les remarques, critiques, suggestions et idées seront, dans la mesure du possible, prises en considération lors de l’élaboration du nouveau PAG, qui sera présenté de manière officielle mi-2015. Dès à présent, elle invite le public à la réunion finale qui aura lieu le 1er juillet 2014 à 18h30 au centre culturel « Tramsschapp » au Limpertsberg et qui clôturera le projet de participation citoyenne.

Plusieurs constats et propositions n’ayant pas un rapport direct avec la refonte du PAG ont été relevés au sein des groupes de discussion. Ces constats et propositions ne sont pas repris dans le présent rapport mais seront transmis aux services municipaux compétents.

Beggen_salle

Beggen

Les résidents de Beggen ont plutôt une vision positive de leur quartier, principalement en ce qui a trait aux commerces et services de proximité, à la desserte des transports publics, à la proximité du centre-ville de Luxembourg ainsi que la qualité des espaces récréatifs et de détente. En matière de commerces et de services, les deux centres commerciaux à Beggen et à Bereldange sont un atout certain pour la qualité de vie au quotidien, sans compter les autres services disponibles le long de la rue de Beggen : coiffeur, pharmacie, café, restaurant, station-service et autres.

La mixité des cultures est très intéressante dans le quartier et les échanges entre les différents acteurs méritent d’être encouragés. C’est pourquoi, la plupart des participants souhaite qu’un lieu de rencontre central soit aménagé afin de favoriser la vie de quartier et les événements citoyens ; fête de quartier, soirée cinéma en plein air, médiathèque, bibliothèque (…). Un tel espace pourrait être aménagé près du site du Match et serait une véritable plus-value à Beggen.

Un autre souhait est l’aménagement d’un endroit à caractère plus naturel où il serait possible de se réunir pour faire des grillades et des activités en plein air, jeux de boules ou un jardin communautaire. Un tel espace pourrait être aménagé près des rues de Marche et du Travail.

Concernant les équipements publics, les résidents sont également satisfaits des équipements disponibles avec le site scolaire, les structures d’accueil, le centre culturel et les aires de jeux. Plusieurs résidents ont mentionnés que l’école de Beggen a presque atteint ses limites de capacité. Dans cette perspective, la construction d’un nouvel établissement scolaire s’imposera bientôt, sinon il faudra retarder la construction de nouveaux logements en attendant que la situation se stabilise. Le manque d’espaces de rencontres pour jeunes et adolescents a également été relevé. Une solution serait peut-être la transformation du parking près de l’école en terrain de basket et autres équipements.

De l’avis général, le patrimoine bâti n’est pas exceptionnel, mais il présente un tissu urbain plutôt homogène qu’il serait important de préserver en vue de protéger l’identité du quartier. Les résidents souhaitent le maintien des habitations à caractère unifamiliale dans leur quartier, plutôt que la construction de grandes résidences mal conçues. Lors de l’élaboration du nouveau PAG, il sera très important de préserver la structure unifamiliale et de garantir l’harmonie entre le patrimoine bâti existant et les nouvelles constructions. Les mesures à mettre en œuvre doivent garantir à long terme la qualité des transformations au sein du quartier. Le règlement de construction, actuellement trop stricte, n’admet pas toujours la réfection d’anciennes bâtisses. Selon certains résidents, il semble que le quartier soit trop axé sur le logement, ce qui risque de le transformer, à terme, en « quartier dortoir », d’où le besoin d’une mixité fonctionnelle accrue.

La disparition progressive des espaces boisés en raison du développement de nouvelles habitations concerne les résidents. La plantation d’arbres autour de l’école et le long de la rue de Beggen pourrait remédier à la situation. Le grand nombre d’espaces verts et de détente entourant le quartier est un véritable atout qu’il s’agit de maintenir, voire d’augmenter. La Ville doit s’engager davantage à mieux communiquer avec les résidents du quartier, surtout au niveau de la réalisation des grands chantiers.

Un des principaux soucis des résidents du quartier est le trafic de transit excessif sur la rue de Beggen, une situation qui s’est empirée depuis quelques années à cause de l’augmentation du nombre de résidents, d’emplois offerts dans la ville et de chantiers. Outre les problèmes de pollution, de bruit et de sécurité pour les piétons et cyclistes, la rue de Beggen constitue une barrière physique dans le quartier, limitant les échanges intra quartiers. Pour certains résidents, le manque d’emplacements de stationnement représente un autre point sensible. Un projet dans ce domaine pourrait être l’aménagement d’un P+R sur le site ARBED.

La vitesse excessive dans certaines rues en « zone 30 » ainsi que l’augmentation du trafic indésirable à proximité du site scolaire de Beggen et de la pharmacie ont aussi été relevées. Des propositions, comme des contrôles radars plus fréquents qui obligeraient les automobilistes à adapter leur vitesse, l’aménagement d’une aire « dépose minute » le long de la rue de Beggen pour laisser les enfants à l’école, et des emplacements de stationnement de très courte durée (10 minutes) près de la pharmacie, ont été faites. Le pont enjambant les voies ferrées, près de l’ambassade de Russie, a aussi été défini comme un point noir du réseau routier, en particulier aux heures de pointe.

L’excellente desserte du réseau des transports en commun a été relevée, aussi bien pour les déplacements quotidiens-emploi, que pour les loisirs / consommation. Par contre, aux heures de pointe, les capacités des bus sont insuffisantes, ce qui a pour résultat de réduire considérablement le confort des utilisateurs. Une augmentation de la cadence des bus, aux heures de pointe, pourrait remédier à ce problème. Le fait que le réseau de transport est trop axé vers le centre-ville et qu’il n’y ait pas de City Night Bus qui dessert le quartier Beggen sont des points négatifs pour certains résidents.

En général, la qualité des réseaux de mobilité douce n’est pas suffisante en particulier pour les déplacements à vélo, qui présentent souvent un danger, par exemple sur la rue de Beggen, la rue d’Eich, et de la place Dargent. Des itinéraires parallèles à la rue de Beggen permettraient d’améliorer sensiblement la qualité et la sécurité des réseaux de mobilité douce. Il a été proposé de créer des liaisons piétonnes et cyclables entre la rue des Grottes, la rue de Bourgogne, la rue de Marche et la rue Roger Barthel à Bereldange.

L’extension du réseau vel’oh, ainsi que la sécurisation des routes cyclables existantes pourraient faciliter les déplacements à courte distance au sein du quartier. Le fait d’augmenter la place du piéton et du cycliste au sein des quartiers d’habitation pourrait inciter les automobilistes à adopter un meilleur comportement. L’aménagement de sentiers pédestres à proximité du centre du quartier le long de l’Alzette pourrait être une solution.

Beggen_groupedetravail1

Dommeldange

Les résidents du quartier de Dommeldange apprécient la proximité, d’une part, avec la ville et, d’autre part, avec la nature et les espaces verts (bois). Ces espaces verts à proximité du quartier (cf. Grünewald, Kohlenberg, Eicherfeld) représentent une véritable plus-value qu’il est nécessaire de protéger. Au niveau du patrimoine bâti, les résidents apprécient le caractère villageois de leur quartier, qui s’est vu affiner par l’aménagement d’une belle place publique et sont d’avis que ce caractère est à préserver.

Lors de l’élaboration du nouveau PAG, il faudra veiller à ce que les nouvelles constructions s’intègrent parfaitement dans l’image du quartier car, actuellement, l’ancien et le nouveau n’harmonisent pas. Les gens ne veulent pas que de grandes résidences impersonnelles et à l’architecture « douteuse » prolifèrent dans le quartier. La rue du Château, le sentier de la scierie, la rue de Raspert et la rue S.G. Thomas nécessitent d’être protégés, car leur valeur historique est indispensable à l’aspect du quartier. En outre, les résidents refusent toute construction au « Dummeldénger Bierg » et souhaitent une meilleure protection des zones des sources d’eau contre une contamination.

Les résidents se plaignent du manque de commerces dans leur quartier et, notamment, l’absence de banque ou de bancomat. Au niveau de l’espace public et des lieux de rencontre, la place de la Gare nécessite un réaménagement en vue de revaloriser cette partie du quartier et d’augmenter son attractivité. Pourtant la placette devant l’église est jugée très agréable. Une possibilité de réaménagement pour le site Arbed est celle d’un concept à prédominance piétonne avec espaces publics de qualité (une place majeure permettant la rencontre entre les quartiers de Beggen, Dommeldange et Eich), commerces et autres activités qui n’attirent pas trop de trafic extérieur.

Le quartier se réjouit d’une excellente connexion au réseau des transports en commun, pourtant certains participants sont d’avis que le parc de l’Europe est mal desservi. Cependant, l’excès du trafic (Schleichverkehr) et la pénurie d’emplacements de stationnement posent problème. L’aménagement d’un cul de sac dans la rue du Château pourrait remédier à la situation problématique du trafic excessif. La bonne connexion au réseau cyclable pourrait être complétée par l’aménagement d’un itinéraire cyclable en direction d’Echternach. Généralement, la question des liaisons est posée : liaison au réseau des pistes cyclables (Krommlängten…), liaisons au-delà des voies ferrées, lien direct et confortable au nouvel ascenseur au Pfaffenthal, etc. Il est précisé que les participants souhaitent le maintien du pont au-delà des voies ferrées à hauteur de l’ambassade de Russie et ne souhaitent ni un rétrécissement, ni un élargissement du tablier.

Beggen_groupedetravail3

Eich

Les participants du quartier d’Eich apprécient les espaces verts dans leur quartier (parc Laval et parc autour de la Fondation Felix Chomé), la bonne desserte en transports en commun et l’offre en pistes cyclables. Ceux-ci sont des atouts au niveau de la qualité de vie dans le quartier. Néanmoins, il a été constaté que le quartier Eich est exposé à un trafic considérable se dirigeant vers Mersch.

Bien que l’offre d’itinéraires cyclables et de transports en commun couvre les besoins des résidents (sauf pendant la nuit), il faut songer davantage aux liaisons et connexions pour piétons et cyclistes. Afin d’améliorer les conditions pour les piétons dans la Montée Pilate, le trottoir pourrait être aménagé en escaliers. En raison de l’exiguïté des voies, les rues de la Cimenterie, des Hauts-Fourneaux et d’Eich connaissent souvent des perturbations au niveau du trafic. L’élargissement de ces rues pourrait remédier à cette situation souvent problématique. Le réglage des feux au carrefour de la rue de Beggen et de la Montée Pilate, qui passent au rouge en soirée/nuit, est à revoir.

En matière d’environnement et de protection de la nature, un manque d’espaces verts a été constaté. L’Eicherfeld devrait idéalement être exclu de la zone à bâtir et transformé en zone protégée. La protection des forêts, derrière la clinique d’Eich, est indispensable. La plantation d’arbres dans la rue de Beggen pourrait également contribuer à une augmentation du nombre d’espaces verts.Comme la grotte, dans la rue des Grottes, est mal entretenue, une remise en état et une revalorisation de cette dernière ont été proposées. Un autre souci en matière de protection de l’environnement et de la nature est la construction à proximité des versants et l’instabilité du terrain qui suit des constructions dans ces zones.En termes de développement urbain, il a été retenu qu’à côté de la construction d’une nouvelle école dans le quartier, la réfection et l’aménagement de la rue Mühlenbach font partie des mesures importantes à prévoir dans le futur. L’ancien terrain Arbed est en mauvais état et très pollué. Il a été proposé d’y installer un P+R, des logements, des installations favorisant la pratique du sport ou des commerces. Au niveau de la cohésion sociale, le manque de lieux de rencontre, d’installations sportives et de commerce a été constaté. Il a été proposé de favoriser l’installation de commerces et de mettre en place des infrastructures sportives.

Beggen_groupedetravail2

Weimerskirch

Lors de la discussion des atouts et des faiblesses du quartier, les résidents ont identifié les caractéristiques de Weimerskirch. Le quartier se distingue par une topographie marquée et sa situation entre la vallée de l’Alzette et le plateau du Kirchberg. Les versants boisés, la réserve naturelle du Kuebebierg et le patrimoine bâti lui donnent une image singulière. Le caractère villageois et tranquille du quartier (du moins hors des heures de pointe du trafic de transit) ainsi que le parc Laval à proximité apportent une bonne qualité de vie.

Le charme du quartier se traduit par un tissu urbain hétérogène et avec des structures à petites échelles. Malheureusement, cette unité de structures typiques est en voie de disparition. Le développement du quartier a permis une croissance de nouvelles constructions, souvent mal adaptées à la situation existante. Les gabarits trop importants et le non-respect des versants rocheux sont les éléments les plus visibles de cette thématique (p.ex. dans la rue du soleil). Il a donc été proposé de protéger le patrimoine bâti dans le cadre du nouveau PAG et de favoriser la rénovation des petites structures existantes, par opposition à une “croissance à tout prix”. Les résidents craignent que le projet de construction au lieu-dit “Schëttermarjall” produise des nouveaux flux de trafic importants et que la densité soit trop importante pour le quartier.

D’un point de vue social, le manque de lieux de rencontre pour enfants, jeunes et adultes a été mentionné à plusieurs reprises. La redynamisation du centre culturel, l’installation de cafés et l’aménagement d’aires de jeux voire d’un terrain multisports représentent des solutions envisageables. Un meilleur aménagement des rues et la création d’une place de quartier sont des options permettant de valoriser l’espace public, qui est actuellement utilisé comme espace de circulation. Actuellement, il n’y a pas de véritable centre de quartier et les commerces de proximité ainsi que les petits cafés et restaurants ont disparu au fil du temps. Il est proposé d’aménager un centre de quartier avec une telle mixité de fonctions, qui pourra aussi être réalisé dans le cadre d’une mise en valeur des bâtiments existants/historiques. Une diversification des offres pour enfants et adolescents et des offres sportives pourrait aussi apporter des nouveaux éléments à la vie sociale du quartier.

Le quartier de Weimerskirch est un quartier de passage et les excès de vitesse rendent la situation dangereuse pour les cyclistes et piétons. La rue du Kirchberg, qui sert d’accès au plateau du Kirchberg, est surchargée et le développement récent de la population a mené à une pénurie chronique d’emplacements de stationnement. Pour remédier aux problèmes de circulation, les résidents ont proposé différentes solutions:

  • L’aménagement de pistes cyclables et de sentiers pédestres permettrait d’optimiser les connexions entre les quartiers, notamment entre Weimerskirch et Eich et d’améliorer la situation dangereuse existante, surtout le passage situé en-dessous de la ligne ferroviaire, qui n’est plus adapté aux besoins des résidents. Une liaison vers le nouvel ascenseur au Pfaffenthal par le parc Laval faciliterait l’accès au plateau du Kirchberg pour les cyclistes.
  • L’introduction du système vel’oh dans le quartier pourrait également soulager la situation et inciter les résidents du quartier à renoncer à leur voiture pour les courtes distances.
  • Des contrôles radars en dehors des heures de pointe, surtout sur la rue du Kirchberg, inciteraient les automobilistes à ralentir, ce qui permettrait d’améliorer la sécurité.
  • Les transports en commun sont axés sur la gare de Dommeldange, qui offre des bonnes correspondances. Cependant, il n’existe pas de réelle coordination entre les horaires des bus et de trains.