Rapport de la réunion de dialogue des quartiers Cents, Hamm et Pulvermühle

La réunion de dialogue des quartiers Cents, Hamm et Pulvermühle a eu lieu le 24 avril 2014 dans le Centre culturel de Cents. Plus de 90 personnes ont participé à la sixième des 10 réunions de dialogue, qui ont lieu dans le cadre de la révision du PAG de la Ville de Luxembourg. Le grand nombre de participants à cette réunion montre l’intérêt particulier des résidents et visiteurs, qui souhaitent s’investir dans la conception du futur développement de leur quartier respectif.

Après un mot de bienvenue de Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Chantal Zeyen du bureau d’études Zeyen+Baumann a brièvement présenté les caractéristiques démographiques de la ville et des quartiers respectifs ainsi que les résultats de l’enquête en ligne des répondants des quartiers Cents, Hamm & Pulvermuehle.

Par la suite, les personnes présentes ont été invitées à former 6 groupes de discussion, accompagnés par des urbanistes participant à l’élaboration du nouveau PAG de la Ville de Luxembourg. Les membres de ces groupes ont été invités à discuter ouvertement et pendant une heure, sur les sujets suivants :

  • Points forts et faibles de leur quartier respectif,
  • Priorités de développement pour leur quartier respectif,
  • Idées et mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie dans leur quartier.

A la fin de la réunion de dialogue, Lydie Polfer a remercié cordialement toutes les personnes présentes d’avoir contribué à cette expérience particulièrement positive. De plus, elle tient à assurer que les remarques, critiques, suggestions et idées seront, dans la mesure du possible, prises en considération lors de l’élaboration du nouveau PAG, qui sera présenté de manière officielle mi-2015. Dès à présent, elle invite le public à la réunion finale, qui aura lieu le 1er juillet 2014 à 18h30 au centre culturel « Tramsschapp » au Limpertsberg et qui clôturera le projet de participation citoyenne.

Plusieurs constats et propositions n’ayant pas un rapport direct avec la refonte du PAG ont été relevés au sein des groupes de discussion. Ces constats et propositions ne sont pas repris dans le présent rapport mais seront transmis aux services municipaux compétents.

cents_2

Cents

Les résidents du Cents sont très satisfaits de la qualité de vie dans leur quartier. La qualité et la quantité d’espaces verts de proximité, la présence de quelques commerces et services et la proximité du centre-ville sont des atouts majeurs et offrent un bon cadre de vie pour familles. Il est également ressorti que l’homogénéité de la structure bâtie dans les secteurs plus anciens, principalement des maisons unifamiliales avec jardins privatifs, notamment la cité Frommes, et une bonne mixité sociale sont des caractéristiques du quartier qu’il sera important de préserver. La qualité des infrastructures scolaires et sportives ainsi que des aires de jeux sont aussi des points positifs du quartier. Globalement, la vocation du quartier et le tissu bâti existant sont à maintenir et à consolider.

En revanche, le trafic aérien, surtout aux heures de pointe, le trafic automobile de transit, ainsi que le trafic ferroviaire causent des nuisances importantes ; sonores, pollution atmosphérique et insécurité. La zone d’activités Mac Adam a aussi été citée comme source de nuisances, trafic, bruit et émission de poussières. Les résidents se demandent pourquoi les conteneurs pour déchets de jardinage, à l’arrière de l’église, ont été supprimés.

La rue de Trèves-Cents constitue une barrière physique qui a pour effet de diviser le quartier Cents en deux entités distinctes, un réaménagement de l’espace rue permettrait de renforcer l’identité du quartier et de recréer des liens fonctionnels.

La typologie de logement la plus caractéristique du Cents est celle des maisons unifamiliales en bande. Cette typologie caractéristique, ne se retrouve pas dans les nouveaux projets d’urbanisation du quartier, où l’on retrouve plutôt une concentration de logements dans des résidences. Le concept de développement du quartier Carmel a été amplement discuté, et il en est ressorti qu’il y a un déséquilibre important entre le tissu bâti qui a été réalisé pour le Carmel et celui des quartiers plus anciens du Cents, que ce soit pour les densités d’habitation, la typologie des bâtiments, les gabarits construits et l’aménagement des espaces libres.

Les participants proposent de formuler des cadres plus strictes lors de l’élaboration des projets immobiliers. Les nouvelles constructions devront s’intégrer aux constructions existantes. Le supermarché dans l’allée du Carmel présente un atout au niveau du commerce de proximité au Cents, mais engendre aussi des nuisances pour les voisins, par exemple les livraisons.

Le caractère verdoyant que l’on observe dans les secteurs plus anciens du Cents ne se retrouve pas dans les nouveaux quartiers, d’une part parce qu’il n’y pas assez de plantations et d’autre part parce que les espaces verts ne sont pas bien aménagés et mal entretenus. Les participants proposent pour mieux intégrer ce nouveau quartier dans l’ensemble du Cents, de mettre davantage en valeur les espaces publics et en aménagement plus de chemins piétons et pistes cyclables.

Pour apporter plus d’animation dans la vie du quartier, les résidents souhaiteraient davantage d’activités culturelles, dont certaines en plein air et une meilleure offre de restauration. L’ouverture de la piscine au public en dehors des heures scolaires ainsi que le manque de structures et d’activités pour personnes âgées ont été discutés lors de la réunion. Il y a plusieurs commerces et services de proximité au Cents mais cette offre a diminué au cours du temps et un bureau de poste fait toujours défaut.

Il est aussi ressorti des discussions qu’il manque un lieu de rencontre central dans le Cents, pour organiser des événements, pour se rencontrer et pour favoriser l’implantation de commerces et services de proximité. Trois sites ont été proposés pour l’aménagement d’une place publique, à l’arrière de l’église, en face du centre culturel, en intégrant la rue de Trèves dans le concept, et à proximité de la pharmacie, où il y a déjà un petit centre d’activités commerciales. Il a été question également de la volonté d’aménager un parc dans le quartier, éventuellement dans le cadre du projet de développement du site du couvent Carmel.

cents_1

Concernant le trafic routier, la grande charge de trafic sur la rue de Trèves – Cents est une cause de nuisance importante pour les riverains. L’accès vers Clausen / Neudorf par la rue Tawioun pourrait être interdit aux voitures pour éviter le trafic par ce raccourci. L’accès vers les quartiers du Centre et de la Gare est plus difficile depuis qu’il n’est plus possible de passer par le quartier Grund en voiture, mais a comme effet positif de réduire une partie du trafic de transit dans le quartier.

Le passage à niveau de la rue des Alouettes sert aussi de raccourci pour une partie des voitures qui circulent sur le Val de Hamm. La crainte de nombreux riverains est que le projet de suppression du passage à niveau, avec la variante d’un pont reliant le Val de Hamm à la rue des Alouettes, engendre une augmentation importante du trafic de transit dans le quartier. Quant aux deux variantes du projet de suppression du passage à niveau qui sont proposées – celle de la rue des Alouettes et celle qui débouche près du Carmel – les résidents ont des points de vue différents pour chacune des variantes, mais une volonté commune que ce dossier soit traité en priorité et que les résidents soient impliqués davantage dans le dossier.

Les résidents souhaitent qu’il y ait l’introduction de zones 30 dans tout le quartier, sauf dans la rue de Trèves-Cents, une meilleure signalisation pour guider les visiteurs, plus de contrôles de vitesse et un meilleur aménagement de certains croisements, par exemple celui devant le centre culturel. Toutes ces interventions favoriseraient un apaisement du trafic dans les zones résidentielles et une amélioration de la sécurité des piétons et des cyclistes.

Au niveau des transports en commun, la desserte des bus pourrait être améliorée. En effet, des connexions vers le Grund, le Kirchberg et l’aéroport manquent, et l’offre des transports en commun est insuffisante pendant les heures de pointe, en soirée et le weekend. Les résidents situés près du chemin de fer ont des inquiétudes concernant le doublement des voies, en raison des nuisances potentielles dû à l’augmentation du trafic ferroviaire.

Le réseau de la mobilité douce est assez bien développé au sein du quartier Cents. Toutefois, la situation de plateau topographique, a pour conséquence l’isolement du Cents par rapport aux quartiers limitrophes. Ceci pourrait être amélioré par l’aménagement de meilleures connexions vers les autres quartiers, qui ne sont pas toujours intéressantes ou font défauts, par exemple vers le Kirchberg, vers Hamm, vers le Findel et vers Sandweiler où la liaison est inexistante. Des ponts pour cyclistes et piétons pourraient être aménagés entre le Cents et le Kirchberg ainsi qu’entre le Cents et Hamm, entre le val de Hamm et la rue des Pommiers / rue des Alouettes. L’augmentation des stations vel’oh ! permettrait de promouvoir la mobilité douce pour les trajets courts, à l’intérieur du quartier et vers les autres quartiers.

Les résidents du Cents sont très satisfaits de la qualité et de la quantité d’espaces verts et de détente à proximité, et considèrent qu’il est très important de les préserver.

cents_3

Hamm

Les résidents de Hamm ont une image assez positive de leur quartier. Ils apprécient particulièrement la qualité de vie offerte dans le quartier ; la proximité des espaces verts, parc, surfaces boisées et vallée de l’Alzette, et la situation géographique du quartier, près du Centre et de la Gare.

En revanche, même si ce quartier a un potentiel de développement important, et que l’arrivée de nouveaux jeunes ménages contribuera à accroître la vie sociale et à rajeunir la population du quartier, la population du quartier est vieillissante, il y a peu d’infrastructures pour les jeunes et il y a peu d’activités sociales ou associatives. Ces constats renvoient une image peu attractive du quartier, qui est renforcée par des nuisances engendrées par le trafic automobile important aux heures de pointe, la proximité de l’autoroute et la présence de l’aéroport, bruit, pollution atmosphérique et insécurité pour les piétons et cyclistes. Un autre problème qui contribue au manque d’attractivité, est celui des maisons abandonnées et scellées, partiellement des propriétés de l’administration de la Ville de Luxembourg.

Les habitants de Hamm souhaitent une requalification de leur quartier, avec la réalisation d’un concept d’urbanisation du centre vers la périphérie, tenant compte aussi bien de la qualité urbanistique, architecturale, paysagère et sociale. Il s’agirait, dans un premier temps, de redéfinir le centre de Hamm, un noyau villageois à préserver, d’y encourager l’installation de nouveaux commerces, de rénover le “Paschtouëschgaart” pour les personnes âgées ou d’y aménager de nouveaux espaces de rencontre conviviaux qui contribueraient à la vie sociale du quartier.

Dans un deuxième temps, il s’agirait de définir précisément les zones constructibles actuelles et de développement futur, à court, moyen et long terme. Par exemple, il serait possible d’urbaniser de part et d’autre de la rue de Hamm, afin d’obtenir un alignement du front bâti continu, tout en préservant les arbres à hautes tiges, qui permettent de rythmer la rue et apportent une valeur ajoutée à l’intégration paysagère. Ce concept d’urbanisation devrait inclure le terrain de football, afin qu’il s’intègre mieux à son environnent naturel et bâti et qu’il soit plus facilement accessible.

Concernant la zone d’activités de Hamm (rue de Bitburg), celle-ci est peu attractive et compte de nombreux bâtiments vides, non entretenus. Les résidents du quartier souhaitent le maintient d’une zone à vocation artisanale, qui accueille des entreprises de moindre envergure que celles qui se sont implantées au cours des dernières années.

L’école St. George est à un gabarit très important comparativement aux constructions existantes dans le quartier. Les résidents souhaitent qu’elle s’intègre mieux au sein du quartier.

Concernant les loisirs et les espaces récréatifs, les habitants du quartier souhaitent qu’un nouveau parc soit aménagé, avec une aire de jeux et des infrastructures pour les jeunes enfants, un mobilier urbain adapté pour le repos tel que des bancs publics, tables, etc. Ils souhaiteraient aussi que certaines zones aux bords de l’Alzette, ainsi que les espaces libres près de l’église, soient aménagées en espace de récréation. Ces différentes zones de récréation devraient être reliées au centre de Hamm par un réseau de mobilité douce adapté aux plus jeunes et sécurisé par une signalisation adéquate.

Le quartier bénéficie aussi d’une bonne desserte routière et d’un bon réseau de chemins pédestres intra-quartier. Cependant, des mesures d’apaisement du trafic sont à mettre en place afin de mieux gérer le trafic local ou de transit. Certaines rues devraient être à sens unique, notamment la rue Haute, qui est utilisée comme raccourci pour aller à Bonnevoie. Par ailleurs, un problème d’accessibilité vers le site scolaire St. George a été relevé.

Concernant la desserte par les transports publics et scolaires, les résidents dénoncent une absence de bus scolaires pour le lycée Geessekneppchen et souhaitent qu’il y ait une desserte du CityNightBus jusqu’à Hamm.

Les liaisons inter-quartier, notamment entre Hamm et Cents, sont relativement satisfaisantes en voiture mais plus difficiles pour les piétons et les cyclistes. Il serait donc intéressant de créer un concept de mobilité douce inter et intra-quartier, afin de faciliter les liaisons à Hamm mais aussi vers les quartiers périphériques. En effet, les habitants constatent que les plateaux de la Ville sont difficilement accessibles en vélo, compte tenu de la topographie marquée ou que certaines rues ne disposent pas ou peu de trottoirs, notamment la rue de la Montagne. Les résidents souhaiteraient l’aménagement de nouvelles liaisons piétonnes et cyclables directes vers les quartiers périphériques, dont une vers le centre de la ville, une vers le Cents et le Kirchberg, une vers le Findel.

cents_4

Pulvermühle

Les habitants de Pulvermühle apprécient le charme de ce quartier, le plus petit de la ville, qui est calme et verdoyant, avec une situation privilégiée aux abords de l’Alzette. Les résidents le définissent comme étant un des plus beaux endroits de la Ville, à proximité du centre ville et des infrastructures existantes, la qualité de vie y est bonne. Pulvermühle est qualifié comme étant un lieu de transit sans identité propre, un aspect renforcé par les nuisances dues au trafic, à la station d’essence, au trafic aérien, (…). De plus, la topographie et la localisation du quartier, en fond de vallée, entre des plateaux et à l’est de la ville, provoquent des problèmes de gestion des eaux de surfaces et de chutes de pierres. A quelques endroits, on observe des dommages importants lors de pluies violentes.

Les résidents regrettent l’absence d’un véritable concept urbanistique pour le quartier. Ils souhaitent que le quartier conserve et développe son identité et son ambiance propre, des caractéristiques qui font son charme et qui attirent les familles. Malgré les qualités de Pulvermühle, les participants regrettent que le quartier soit devenu progressivement une annexe des autres quartiers limitrophes ; Hamm, Cents et Bonnevoie. Les lieux de rencontre, tels que les cafés et restaurants ont peu à peu fermés, les espaces verts en général et les aires de jeux en particulier font défaut ou sont peu attractives.

La friche industrielle de la Secalt présente un important potentiel de développement pour le quartier. Lors de la discussion, des objectifs d’aménagement ont été énumérés, dont l’importance d’une planification adaptée aux structures existantes. La protection du patrimoine industriel est importante pour conserver cette structure typique du quartier. Les résidents souhaitent une reconversion raisonnable du site, correspondant à la tranquillité du quartier, avec des lieux de rencontre et de loisirs, par exemple un parc, ou pour la culture, comme cela existe au “Monopol 2” à Gasperich.

Les résidents ne souhaitent pas un développement semblable aux « Rives de Clausen », pour éviter les nuisances résultant des activités noctures, bars, restaurant, (…). Il s’agirait d’y développer un espace de rencontre familiale, accessible à tous et des structures de la population, et si possible en relation avec la piste cyclable le long de l’Alzette. Les nouvelles constructions devront respecter les caractéristiques typiques du quartier et s’adapter aux constructions existantes.

Les habitants du quartier dépendent des infrastructures existantes dans les autres quartiers, mais les interconnexions vers ceux-ci sont assez pauvres, surtout les liaisons piétonnes et cyclables qui sont à développer. En effet, la voiture est nécessaire pour tout approvisionnement et activité, ce qui génère un trafic routier important sur la route nationale. Divers problèmes d’insécurité ont été recensés aux abords de la route nationale, notamment concernant le stationnement. Pour améliorer la sécurité et pour apaiser le trafic, les participants souhaitent que la rue de Pulvermühle soit classée en zone 30.