Rapport de la réunion de dialogue des quartiers Cessange et Gasperich

La réunion de dialogue des quartiers Cessange et Gasperich a eu lieu le 2 avril 2014 dans le Centre culturel de Cessange. Plus de 110 personnes ont participé à la quatrième des 10 réunions de dialogue qui ont lieu dans le cadre de la révision du PAG de la Ville de Luxembourg. Le grand nombre de participants à cette réunion montre l’intérêt particulier des résidents et visiteurs qui souhaitent s’investir dans la conception du futur développement de leur quartier respectif.

Après un mot de bienvenue de Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Chantal Zeyen du bureau d’études Zeyen+Baumann a brièvement présenté les caractéristiques démographiques de la ville et des quartiers respectifs ainsi que les résultats de l’enquête en ligne des répondants des quartiers Cessange & Gasperich.

cessange_mmepolfer

Par la suite, les personnes présentes ont été invitées à former 6 groupes de discussion, accompagnés par des urbanistes participant à l’élaboration du nouveau PAG de la Ville de Luxembourg. Les membres de ces groupes ont été invités à discuter ouvertement et pendant une heure, sur les sujets suivants :

  • Points forts et faibles de leur quartier respectif,
  • Priorités de développement pour leur quartier respectif,
  • Idées et mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie dans leur quartier.

A la fin de la réunion de dialogue, Lydie Polfer a remercié cordialement toutes les personnes présentes d’avoir contribué à cette expérience particulièrement positive. De plus, elle tient à assurer que les remarques, critiques, suggestions et idées seront, dans la mesure du possible, prises en considération lors de l’élaboration du nouveau PAG, qui sera présenté de manière officielle mi-2015. Dès à présent, elle invite le public à la réunion finale qui aura lieu le 1er juillet 2014 à 18h30 au centre culturel « Tramsschapp » au Limpertsberg et qui clôturera le projet de participation citoyenne.

Plusieurs constats et propositions n’ayant pas un rapport direct avec la refonte du PAG ont été relevés au sein des groupes de discussion. Ces constats et propositions ne sont pas repris dans le présent rapport mais seront transmis aux services municipaux compétents.

cessange_groupesdetravail3

Gasperich

Les habitants de Gasperich ont une vision plutôt positive quant à la vie dans leur quartier en général mais ont relevé plusieurs faiblesses, qui tendent à s’amplifier avec le temps. Ils apprécient le caractère villageois de leur quartier malgré une proximité directe avec le centre, avec des offres de services adaptés aux besoins des familles (médicales, pour la petite enfance, sports et loisirs) et des commerces de proximité. Les espaces verts de qualité qui tendent à s’agrandir grâce aux nouveaux projets ainsi que de bonnes connexions en matière de transport en commun sont des atouts pour la qualité de vie du quartier.

En revanche, les résidents observent une densité trop importante des nouveaux logements et déplorent une carence en matière de logements adaptés aux personnes âgées. Lors de la discussion, les résidents ont exprimé leur préférence pour la construction de maisons unifamiliales / de petites dimensions, correspondant aux structures existantes (comme notamment le quartier “Colonie”) plutôt que des résidences. Il faudra respecter l’identité et la mixité sociale du quartier lors de la rénovation urbaine et l’extension de Gasperich. La mixité des fonctions et des typologies de logement dans les projets du Ban de Gasperich et du Midfield devront être intégrées dans le concept global du PAG.

Quant au centre du quartier, il faudra réfléchir à une solution concernant le prix des loyers des locaux commerciaux pour maintenir les commerces de proximité existants, encourager l’installation de nouveaux petits commerces et ainsi soutenir une certaine attractivité et dynamique au sein du quartier. De plus, un manque d’espaces récréatifs ou de rencontre pour enfants, adolescents et même pour adultes est identifié. Il faudra (ré)aménager des espaces de rencontre conviviaux, adaptés à chacun et répondant aux besoins de la vie de quartier, p.ex. : maison des jeunes, aire de jeux, place publique avec zone de stationnement – avec l’objectif de maintenir le caractère villageois du quartier. D’autres points discutés étaient le manque d’un centre culturel adapté aux besoins du quartier.

Par rapport aux différents projets en cours ou futurs, les habitants craignent une dégradation de la qualité de vie au sein de leur quartier, la disparition progressive du caractère villageois et de la mixité sociale bien représentée à Gasperich mais aussi que l’arrivée de nouvelles populations ne soient pas anticipées. Les participants regrettent un manque de concertation avec la population lors de la réalisation du Ban de Gasperich afin de mieux répondre aux craintes et aux attentes de la population.

Vue l’absence d’interrelation vis-à-vis des quartiers environnants (notamment Cessange), les participants souhaitent que les chemins piétons existants soient mieux entretenues et un réseau de mobilité douce intra- et inter-quartier soit développé. Cette offre peut permettre des liaisons directes vers les quartiers voisins et garantir de bonnes connections avec le futur tram, pour encourager la population à utiliser les transports en commun. D’autres connexions, notamment vers la zone d’activités de la Cloche d’Or, pourraient d’avantage soutenir ce développement. La zone tampon, entre la zone industrielle et le quartier résidentiel, pourrait être mise en valeur d’un point de vue des liaisons pour la mobilité douce et la qualité de séjour.

L’offre en places de stationnement est insuffisante par rapport à la demande et la circulation automobile s’est particulièrement dégradée, en raison de l’augmentation du trafic, local et de transit, et en raison du comportement des automobilistes. Il sera important d’anticiper l’arrivée de populations liées aux nouveaux projets environnants (surtout du Ban de Gasperich) et d’adapter le réseau routier en fonction du trafic local et de transit, par la mise en place de zones 20/30 ou contournement et de renforcer les contrôles pour garantir la sécurité des résidents, notamment des plus jeunes.

cessange_groupesdetravail2

Cessange

Les habitants de Cessange ont une vision positive concernant la vie dans leur quartier. Les résidents apprécient particulièrement cette situation privilégiée avec une bonne mixité sociale et adapté à tout type de familles. Situé au cœur d’espaces naturels, le quartier est à proximité du centre-ville et bénéficie d’une offre de transports en commun satisfaisante. Par ailleurs la propreté et la qualité des espaces publics, relativement bien entretenus ainsi que l’offre commerciale assez diversifiée sont appréciées. Quant au développement récent du quartier, le réaménagement du parc de Cessange apporte beaucoup à la qualité de vie du quartier.

Les résidents comprennent que leur quartier présente un potentiel de croissance au niveau de l’habitat important, mais souhaitent que ce développement soit fait d’une façon plus consciente et adaptée aux structures existantes. La densité des nouvelles constructions, comme notamment le “Brill”, avec une concentration sur des maisons plurifamiliales de volume important change l’image du quartier. Avec une croissance de population plus importante, le quartier évolue vers un espace plus urbanisé. Certains sujets discutés dans ce contexte étaient:

  • un développement de structures plus adaptées aux structures existantes, avec un parcellaire plus petit qui respecte le caractère villageois,
  • une meilleure intégration des nouveaux habitants au sein de la communauté du quartier,
  • le développement du centre de Cessange avec une mixité de fonctions plus diversifiée,
  • une évaluation des capacités de l’école primaire existante, qui est jugée insuffisante pour accueillir les enfants des logements projetés et l’extension ou la construction d’une nouvelle école sur un seul site,
  • une diversification en matière des logements et répondant à tout type de population, par exemple des logements adaptés aux personnes âgées ou en adéquation avec le budget des jeunes ménages et ainsi préserver la mixité sociale déjà présente dans leur quartier.

Très attachés à la vie de leur quartier, la population de Cessange souhaite davantage l’aménagement de lieux de rencontre conviviaux et sécurisés. Ils déplorent l’absence d’infrastructures publiques sportives ou de loisirs, de lieux adaptés au rassemblement des jeunes (maison des jeunes) ainsi que des espaces aménagés pour des rencontres inter-quartier et intergénérationnelles (parc avec infrastructures de remise en forme, barbecue). L’espace public existant (placettes et parc) est bien apprécié, mais les résidents observent un manque de concept global, qui lie les différents éléments existants en tant qu’un ensemble au centre du quartier.

Si l’offre commerciale est déjà bien présente et diversifiée, les résidents souhaitent préserver le caractère dynamique et attractif du quartier. C’est pourquoi, ils souhaitent voir l’installation de nouveaux petits commerces, restaurants, cafés et services de proximité (banque) et proposent la mise en place régulière d’un petit marché villageois. Cette offre pourrait être créée par la mise en place d’un nouveau concept de centre de quartier et la mise en valeur des espaces publics.

Concernant le trafic routier au sein de leur quartier, la population de Cessange relève une augmentation du trafic et de la vitesse, notamment sur les axes principaux (rue de Cessange et rue Verte), une pénurie en matière de stationnement public (à proximité de la crèche), des difficultés d’accessibilité vers la zone d’activités et de connexions inter- et intra-quartier (en transports en commun ou par voie douce). Ces différents points engendrent des problèmes de sécurité, notamment pour le déplacement des piétons et des plus jeunes.

Pour y remédier, les habitants proposent diverses mesures d’apaisement du trafic, dont l’aménagement d’infrastructures routières incitant le ralentissement des automobilistes, la création de stationnements à des endroits stratégiques ainsi que davantage de contrôles sur les axes principaux. Ils proposent la création d’un véritable réseau de mobilité douce inter- et intra-quartier, notamment vers les commerces. Une piste cyclable le long de la “Zéissengerbaach”, qui pourra être aménagée lors de l’extension du parc, permettra de créer une meilleure connexion vers Hollerich/Merl et pourrait être prolongée jusqu’à la vallée de la Pétrusse. Cette liaison pourra servir d’alternative au passage sous les rails, qui présente un danger pour les piétons et les cyclistes. D’autres idées sont l’agrandissement du réseau de stations vel’oh dans le quartier et l’amélioration de l’offre en matière de transport en commun, avec la mise en place de lignes de bus transversales n’ayant pas besoin de passer vers la gare centrale (p.ex. vers Gasperich). De plus, des connexions vers les espaces verts au delà de l’autoroute amélioreraient le réseau de mobilité douce.

Vue la situation du quartier proche des axes routiers, ferroviaires et du trafic aérien, les résidents du quartier doivent endurer les nuisances relatives. Parmi les propositions discutées, l’aménagement d’un mur antibruit et la limitation de la vitesse à 90 km/h sur l’autoroute amélioreraient la qualité de vie. Le respect des zones tampon autour des sources de nuisance est un point important à respecter lors de l’aménagement des extensions urbaines dans le quartier. De plus, certains résidents sont inquiets par le nouveau dépôt de carburant et le contournement de Cessange (“Boulevard de Cessange”) et aimeraient être plus informés sur les plans, l’envergure et le timing de ces projets étatiques.

cessange_groupesdetravail1