Rapport de la réunion de dialogue des quartiers Grund, Clausen, Pfaffenthal et Neudorf

La première réunion de dialogue des quartiers Grund, Clausen, Pfaffenthal et Neudorf a eu lieu le 25 mars 2013 au centre culturel de Neudorf. Plus de 80 personnes ont participé à cette première de 10 réunions de dialogue qui ont lieu dans le cadre de la révision du PAG de la Ville de Luxembourg. Le nombre de participants à cette première réunion montre l’intérêt particulier des résidents et visiteurs  à vouloir s’investir davantage dans la conception du futur développement de leur quartier respectif.

Après un mot de bienvenue de Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Chantal Zeyen du bureau d’études Zeyen+Baumann a brièvement présenté les caractéristiques démographiques de la ville et des quartiers respectifs, ainsi que les résultats de l’enquête en ligne des répondants des quartiers Clausen, Grund, Neudorf & Pfaffenthal.

PAGreunion_25032014_01 (1)

Ensuite, les personnes présentes ont été invitées à former 5 groupes de discussion, accompagnés par des urbanistes participant à l’élaboration du nouveau PAG de la Ville de Luxembourg. Les membres de ces groupes ont été invités à discuter ouvertement et pendant une heure, sur les sujets suivants :

  • Points forts et faibles de leur quartier respectif
  • Priorités de développement pour leur quartier respectif
  • Idées et mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie dans leur quartier

A la fin de la réunion de dialogue, Lydie Polfer a remercié cordialement toutes les personnes présentes d’avoir contribué à cette expérience particulièrement positive. De plus, elle tient à assurer que les remarques, critiques, suggestions et idées seront dans la mesure du possible prises en considération lors de l’élaboration du nouveau PAG qui sera présenté de manière officielle mi-2015. Dès à présent, elle invite le public à la réunion finale qui aura lieu le 1 juillet 2014 à 18h30 au centre culturel « Tramsschapp » au Limpertsberg  et qui clôturera le projet de participation citoyenne.

Plusieurs constats et propositions n’ayant pas un rapport direct avec la refonte du PAG ont été relevés au sein des groupes de discussion. Ces constats et propositions ne sont pas repris dans le présent rapport dans leur ensemble, mais seront transmis aux services municipaux compétents.

Grund

Les résidents du quartier Grund sont fiers de voir leur lieu de résidence faire partie du patrimoine mondial classé par l’Unesco. Ce qui les unit est un sentiment d’appartenance et une identification par rapport à leur quartier, dont ils apprécient particulièrement le patrimoine historique et culturel ainsi que le caractère villageois. Afin de maintenir cet aspect pittoresque, les résidents du Grund sont persuadés que le nouveau PAG de la Ville de Luxembourg devra tenir compte de ces garants de qualité de vie, à savoir la protection des espaces verts, de l’environnement (e.a. par la rénaturalisation de la Pétrusse) et du patrimoine bâti.

Pourtant, d’après les résidents du Grund, certains éléments dans leur quartier, portent atteinte à cette apparence pittoresque de leur lieu de résidence. Ainsi, le trafic de transit excessif et la pénurie d’emplacements de parking ont été des sujets abordés à plusieurs reprises lors de la réunion. De plus, les résidents se plaignent de l’excès de vitesse existant sur les routes nationales traversant le quartier, une source de danger pour piétons et cyclistes, qui au vu du manque d’itinéraires cyclables en bon état, sont forcés de passer par les mêmes routes que les automobilistes. Il s’ajoute que l’éclairage est insuffisant de passages pour piétons, comme il est le cas pour la place Schmidt, qui sert  aussi en tant que lieu de ramassage scolaire.

Dans l’esprit d’un apaisement du trafic, les résidents proposent diverses mesures comme la mise en place de zones limitées à 30km/h, des ralentisseurs, ou des mesures plus draconiennes comme la fermeture de certaines routes ce qui pourrait motiver les personnes de miser davantage sur un concept de mobilité orienté transports publics et mobilité douce. Au vu du manque de lieux de rencontre et de places publiques au Grund, la fermeture saisonnière, p.ex. de la Place Schmidt en période estivale, pourrait procurer l’espace nécessaire pour des lieux de rencontre, garants de cohésion sociale. De plus, ces lieux de rencontre libérés du trafic pourraient servir de place de marché, strictement nécessaire au vu du manque de commerce de proximité dont se plaignent une grande partie des personnes présentes.

En termes de construction de nouveaux bâtiments, les résidents soulignent l’importance d’une offre en logement adaptée aux besoins des familles. D’après eux, la construction de résidences et de logements intergénérationnels seraient une solution permettant d’augmenter la mixité sociale au sein du quartier. Afin de garantir un maximum de qualité de vie, les résidents ont demandé la mise en place de sentiers pédestres et d’itinéraires cyclables (ou la rénovation d’itinéraires cyclables existants, p.ex. celui entre les quartiers Grund et Clausen). A ce sujet, la mise en place d’un passage piéton à la fin du « Wenzelwee » fut une autre revendication.

La protection du bâti existant a été un autre sujet important lors des discussions. Ainsi, les résidents sont d’avis que les constructions et infrastructures existantes contribuent énormément au charme de leur quartier et sont donc à conserver ! Ceci est p.ex. le cas pour les anciennes maisons des gardiens de prison et pour le bâtiment de l’ancienne école. Les résidents du Grund proposent d’y aménager des lieux à vocation touristique ou artistique.

PAGreunion_25032014_01 (3)

Clausen

Les résidents de Clausen attestent un grand charme à leur quartier. A côté de son caractère villageois et de ses multiples espaces verts, les résidents sont particulièrement satisfaits de leur connexion au réseau des transports en commun. Pourtant, une grande majorité de résidents de Clausen se plaignent de l’abattement d’arbres au sein de leur quartier, une perte considérable d’espaces verts et par conséquent de qualité de vie. Le maintien du cachet vert de leur quartier leur tient donc particulièrement à cœur. Ainsi, ils proposent de valoriser davantage le territoire du site Mansfeld en lui accordant la fonction d’un lieu convivial et de rencontre, tout en aménagement des logements le long de la rue Malakoff, le tout dans le respect du patrimoine bâti et du parc historique. L’aménagement d’un parc relié à l’Alzette et à la place de l’église, dans le respect des anciennes fontaines, équipé d’une aire de jeux a été discuté.

Afin de garantir que le quartier garde son caractère pittoresque et sa valeur historique, les résidents s’opposent à la construction de nouvelles résidences dans leur quartier et expriment leur préférence pour des logements sous forme de maisons unifamiliales plus adaptées à l’apparence générale de leur quartier. Ces constructions devront pourtant tenir compte de la situation topographique particulière du quartier, entouré de versants, et du bâti existant.

La protection du patrimoine bâti constitue une autre priorité exprimée par les résidents. Au vu de la détérioration de certains bâtiments historiques, une rénovation voire une meilleure protection de ceux-ci figure parmi les exigences formulées par les résidents.

De plus, les résidents se sont plaints du manque de lieux de rencontre et de l’absence d’une aire de jeux, infrastructures essentielles pour garantir une cohésion sociale et une vie conviviale au sein du quartier de Clausen. Dans ce sens, les résidents proposent de réaffecter des infrastructures existantes, comme p.ex. l’ancienne école de Clausen ou l’église du quartier. A leur avis, ces lieux pourraient servir d’espace de rencontre.

Une offre adéquate en commerces de proximité a été une autre exigence de la part des riverains, qui sont obligés de se déplacer au centre-ville pour faire leurs courses.

L’excès du trafic de transit et de vitesse a été un autre point important abordé par les résidents. Ceci est surtout le cas pour les rues Wilhelm et Malakoff, (p. ex. vers l’école Ste Sophie) dans lesquelles le trafic constitue un véritable danger pour les riverains, piétons et cyclistes. Une suggestion de la part des résidents est de clôturer cette route pendant des périodes précises moyennant une borne automatique. Autre souci important : l’amélioration et la sécurité d’itinéraires pour vélos et la pénurie d’emplacements de stationnement. A ce sujet, les résidents pensent que la mise en place de parkings privés pour riverains et visiteurs serait une approche appropriée.

Au niveau des infrastructures techniques en relation avec les crues de l’Alzette des améliorations seraient nécessaires.

Pfaffenthal

Les résidents du quartier Pfaffenthal apprécient particulièrement le caractère villageois qui règne au sein du Pfaffenthal. Ainsi, les résidents sont fiers de vivre dans une partie du patrimoine historique de la ville de Luxembourg dans lequel ils sont littéralement entourés d’histoire – et ceci, à proximité du centre-ville.

D’après les résidents, la construction de nouveaux logements s’est faite à charge de l’environnement et du patrimoine bâti dans le passé. Les résidents se plaignent de la mauvaise intégration de certaines nouvelles constructions dans le bâti existant et de la destruction des espaces verts et des côtes rocheuses lors de la construction de nouveaux bâtiments. Etant donné que le caractère villageois du quartier dépend fortement de l’architecture du patrimoine bâti, les résidents suggèrent de renforcer les efforts investis dans la protection et dans la rénovation d’anciennes maisons (entre autres des maisons appartenant à la Ville de Luxembourg) porteurs du charme du quartier.

De plus, les résidents expriment leur besoin d’un lieu de rencontre, ou d’un centre de localité qu’ils proposent de mettre en place près de l’église. Face à un manque d’un jardin communautaire, d’un distributeur d’argent et de commerces de proximité, les résidents sont, jusqu’à l’heure actuelle, obligés de se rendre dans les quartiers environnants pour faire leurs courses. Les résidents considèrent que le futur ascenseur vers la Ville Haute ainsi que l’arrêt “Pont rouge” vers le Kirchberg constituent d’importants atouts pour leur quartier et estiment que l’axe de liaison entre ces deux éléments sera propice au développement de commerces.

Comme dans les autres quartiers, l’excès de trafic et de vitesse constitue un problème important au niveau du quartier de Pfaffenthal. Une grande majorité des résidents se plaignent également de la pénurie d’emplacements de stationnement au quartier.

Les liaisons piétonnes et cyclables directes entre les différents quartiers sont souvent peu intéressantes voire dangereuses (p.ex. la rue Sosthène Weis  pour aller du Pfaffenthal vers le Grund), les trottoirs sont étroits, la vitesse du trafic est importante et il y a peu de mobilier urbain intéressant. Il serait important de prévoir des aménagements intéressants et sécurisés pour les déplacements piétons et cyclistes.

PAGreunion_25032014_01 (2)

Neudorf 

Les résidents du quartier de Neudorf présents lors de la réunion éprouvent tous un fort sentiment d’appartenance par rapport à leur quartier, qui se caractérise par ses nombreux espaces verts, sa proximité par rapport aux autres quartiers et au centre ville, ainsi que sa mixité sociale.

Pour les résidents, la protection de l’environnement naturel et du cachet vert du quartier joue un rôle très important et est considéré comme garant d’une qualité de vie. Pourtant, les espaces verts et récréatifs sont, d’après les résidents, difficilement accessibles. Les personnes vivant dans le quartier de Neudorf souhaitent donc que ces espaces soient valorisés, voire protégés davantage. Ceci est p.ex. le cas pour la forêt derrière la Brasserie Henri Funck. Une grande partie de citoyens se sont plaints du mauvais état des sentiers pédestres qui sont difficilement accessibles et qui manquent de propreté (attribuable au manque de mobilier urbain p.ex. manque de sachets pour déchets canins).

L’importance de la protection de l’environnement, entre autres lors de nouvelles constructions, traduit par le souci de nombreux résidents des chutes de pierres, provoquées d’après eux par la construction insoucieuse dans les versants rocheux. Dans ce contexte, la modification de la partie écrite du PAG en vigueur, qui a été effectuée par le conseil communal en 2013 et  qui exige une distance de 4m entre les nouvelles constructions et la paroi rocheuse, a été saluée par les participants.

Afin de continuer à maintenir une bonne mixité sociale et de faire face à la demande de logements, les résidents du quartier Neudorf revendiquent la construction de nouveaux bâtiments à cet effet, tout en veillant au maintien d’une structure bâtie cohérente de leur quartier. L’intégration harmonieuse de nouvelles constructions dans le bâti existant, voire le patrimoine bâti, leur tient particulièrement à cœur. C’est dans cet esprit, que certains participants rejettent l’idée d’un pont pour piétons et cyclistes entre les quartiers de Cents et de Kirchberg, projet entravant l’apparence du quartier. L’objectif à atteindre serait donc de maintenir le tissu urbain typique pour le quartier de Neudorf, notamment par le maintien des petites structures et typologies ainsi que d’éviter des constructions aux gabarits trop importants. Pourtant les résidents se rendent compte que la construction de nouveaux logements provoquera une intensification de la pénurie en emplacements de parking.

Les résidents du quartier Neudorf doivent également affronter une situation de trafic de transit et de trafic de passage excessifs. De plus, de nombreux visiteurs de la réunion se plaignent de l’excès de vitesse (surtout dans le rue de Neudorf), un danger pour les piétons et les cyclistes.  Une proposition des résidents est de créer des trottoirs plus larges, plus « vivants » (p.ex. par des plantations d’arbres et l’aménagement de l’espace public) et plus de passages piétons afin d’assurer la sécurité des piétons. De plus, ils suggèrent de miser davantage sur un concept de mobilité douce, entre autres par l’aménagement de sentiers pédestres et d’itinéraires cyclables.

PAGreunion_25032014_01 (4)

Résumé

Un constat qui a été relevé par l’ensemble des groupes de discussion, est la présence d’un patrimoine bâti très intéressant et intacte, mis à part quelques accidents dans les versants de vallées et en particulier à Neudorf. C’est ce patrimoine bâti qui donne une ambiance particulière et une identité et plus globalement une entité propre aux quartiers faubourgs le long de l’Alzette.

Le PAG doit garantir le maintien des caractéristiques du tissu bâti existant, mais aussi le développement d’ensembles contemporains garantissant une mixité sociale.

Un autre point qui fait l’unanimité dans tous les quartiers est l’importance du trafic sur les voies principales de circulation, qui provoque un sentiment de danger auprès des piétons et cyclistes, beaucoup de nuisances sonores et le débordement du trafic sur les voies secondaires. Bien que le problème soit difficile à régler à cause de la situation en fond de vallée, les participants souhaitent la mise en place de mesures d’apaisement du trafic permettant de réduire la vitesse par des aménagements physiques qui diminuent l’effet linéaire des pénétrantes, ce qui favorise la vitesse des conducteurs : rétrécissement de la chaussée, augmenter la largeur des trottoirs, réduire les encombrements sur les trottoirs,… Le manque d’emplacements de stationnement publics pour les résidents et les visiteurs a également été relevé, avec plusieurs propositions en ce sens.

L’offre des transports en commun est plutôt appréciée, mais il a été relevé que pour beaucoup de déplacements entre différents  quartiers il faut passer par le centre-ville.

Il y a eu unanimité également sur le fait que se déplacer à pied ou à vélo dans ces quartiers est peu intéressant voire dangereux en raison des trottoirs étroits et souvent encombrés, de la vitesse du trafic,…
La mixité sociale et des fonctions est un autre point positif qui a été relevé lors des discussions dans l’ensemble des quartiers. Toutefois, il serait important de créer des lieux de rencontre propres à chaque quartier, afin d’augmenter le sentiment d’appartenance au quartier et de favoriser une plus grande convivialité. Il a été proposé d’aménager des nouvelles places publiques et de chercher des solutions pour y attirer et maintenir des commerces de proximité.

La qualité des espaces verts et des espaces récréatifs a aussi été relevée. Les versants boisés de vallée donnent un sentiment de bien-être et améliorent la qualité de vie dans les quartiers.
Le PAG devra garantir la sauvegarde et la mise en valeur de ces espaces verts et récréatifs.